Victor Valdes, 2012, Barcelona - Panoramic
 
Article
commentaires
Football > Ligue des champions

Lloris, Reina ou Ter Stegen : les pistes de François David pour succéder à Valdes au Barça

Lloris, Reina ou Ter Stegen : ils feraient l'affaire au Barça

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 20/02/2013 à 01:08 -
Par Eurosport - Le 20/02/2013 à 01:08
Le FC Barcelone, confronté au départ annoncé de Victor Valdes, cherche son futur gardien. François David, notre expert Liga, milite pour Hugo Lloris, Amarc André ter Stegen ou Pepe Reina. Et évidemment, il vous explique pourquoi.

Résumons la situation : le Barça a compté pendant dix ans sur un seul gardien (Valdes) et doit en trouver un aussi compétitif en quelques mois. Qu’il plaise ou non, Victor Valdès était (j’en parle volontairement au passé dans ce post) le gardien idéal pour ce club : catalan, formé au club, expérimenté, bon relanceur : impossible de trouver mieux. Le champion du monde et d’Europe connaissait la maison et ses occupants. Et puis, au Barça, le portier n’a généralement pas plus de trois arrêts à faire. Généralement, Valdès les faisait, surtout dans les matches décisifs. Evidemment, j’ai en tête certaines bourdes (quel gardien n’en fait pas ?), mais j’ai surtout le souvenir de demi-finales (Chelsea, 2009) ou de finales (Arsenal 2006 ou Manchester 2009) où Valdès a été vital au Barça.

Eurosport

Valdès va partir pour découvrir une autre culture. Xavi, l’un de ses proches, l’a encore confirmé cette semaine dans une interview. Si évidemment personne ne connait sa prochaine destination - pas sûr que lui-même le sache vraiment d’ailleurs - et malgré les bruits qui l’annoncent à Arsenal, je verrais bien Valdès en Italie, dans un club ambitieux, avec un gros public. Milan, Naples, AS Roma… ou bien alors en Turquie, influencé que je suis par les signatures de Sneijder et Drogba à Galatasaray. Quoiqu’il en soit, Valdès ne sera plus là dans quelques mois. Andoni Zubizarreta, le directeur sportif, l’homme qui doit trouver le remplaçant idéal, a l’avantage de bien connaître le poste : il a été le gardien du Barça et de l’équipe d’Espagne pendant plus de dix ans. Mais il a, du coup, une pression particulière : il ne peut pas se tromper.

Depuis que Valdès a fait sa sortie médiatique, beaucoup de noms sont apparus dans la presse. David De Gea (Manchester United), Diego Alves et Vincente Guaita (Valence), Marc André ter Stegen (Borussia Mönchengladbach), Pepe Reina (Liverpool) et dernièrement, Cristian Alvarez, le gardien de l’Espanyol. Autant dire que ce dernier est déjà écarté : Alvarez provoquerait un climat tendu de par son passé perico (il est capitaine du club rival) à un poste où il faut de la sérénité. Inenvisageable.

Diego Alves pourrait être une possibilité. Mais connaissant la mentalité d’ici, il faudrait que le Brésilien de Valence soit fantastique plusieurs mois avant d’être accepté. C’est le lot des grands clubs, quand ils confient leur destin à des joueurs peu médiatiques. Guaita a grillé une partie de ses cartes face au Paris Saint-Germain. Malgré tout son potentiel, il n’a pas passé le test d’un match vu par toute l’Espagne, et donc par Zubizarreta. Alves ou Guaita jouent leur avenir sportif dans trois semaines au Parc des Princes.

Le discret, le clone et le fou

David De Gea ? Pour moi il va rester à Manchester. Sir Alex Ferguson n’a pas préparé son gardien aussi longtemps pour le laisser partir en pleine maturation.

facebook

Trois noms feraient l’affaire pour remplacer Valdès au Barça : Hugo Lloris, Pepe Reina et André ter Spegel. Sur twitter, je n’ai récemment mentionné que les deux premiers. Mais un coup de fil à notre ami Polo, le spécialiste Bundesliga d’Eurosport, m’a fait sérieusement douter. "François, ter Stegen fait partie de la race des fous furieux. Il n’a peur de rien, on dirait Oliver Kahn". J’avoue que cette première description m’a fait saliver. Et la suite, où il était question de belles relances au pied, de sorties autoritaires, de caractère dur, m’a fait comprendre pourquoi Zubi est, semble-t-il, fou du jeune Allemand.

Reuters

Hugo Lloris ? Parce qu’il rentre aussi dans le moule Barça. Pas de polémiques, des gens polis, bien élevés, lisses, un vestiaire stable et serein : le Français y serait très à l’aise. Le public du Camp Nou, lui, serait rassuré. Lloris est un garçon respecté en Espagne, de par ses performances lyonnaises (souvenez-vous des matches contre le Real Madrid en 2010), ses matches en Bleu (Espagne-France en octobre dernier) et de son statut de capitaine. Lloris est l’un des gardiens les plus complets au monde. Il n’a pas de grosses faiblesses, hormis peut-être la plus pénalisante : il n’est pas à l’aise balle au pied. Or à Barcelone, il est interdit de balancer de longs ballons. Le gardien est le premier relanceur. Mais bon, en s’entraînant tous les jours avec Iniesta, Xavi ou Messi, Lloris devrait s’améliorer… Les gardiens font la grande partie des entraînements collectifs au Barça. « Le Progrès », qui n’a pas l’habitude d’écrire n’importe quoi sur l’OL, rapportait un intérêt du Barça pour Lloris en juin dernier. C’était bien sûr avant le transfert du Français à Tottenham. Pour le moment, personne n’en parle à Barcelone. Pour le moment…

PA Sport

Enfin, Pepe Reina… Oui Reina, l’amuseur public de la sélection et la tête de Turc des supporters de Liverpool. Reina car c’est un peu le clone de Valdès dans la morphologie, le parcours, son profil, l’âge, etc… Il connait la Masia. Il connait tous les internationaux espagnols depuis des années. C’est un nom qui parlerait au Camp Nou. A Liverpool, où la défense est d’un niveau infiniment inférieur au Barça, Reina est fusillé tous les week-ends. Ce ne serait certainement pas le cas en Catalogne.

Lloris, ter Stegen, Reina. Qu’en pensez-vous ?

Journaliste, François David vit à 'Barcelona', où il est spécialiste de la Liga pour RFI, France Info et Le Parisien. Il collabore aussi avec quelques stations de radio espagnole, notamment Cadena Ser et la "Cope", où il intervient régulièrement pour évoquer la Ligue 1 et les performances des joueurs français évoluant en Liga.